Aller au contenu principal

HARRY ARLING

Pays : Pays-Bas

Spécialité : Création artistique à partir de plastique de récupération.

Expérience : Plus de 10 ans

Profession : Artiste

Entretien avec Harry Arling, maker
Harry Arling est un artiste dans l'âme, un authentique créatif. C'est aussi un fan inconditionnel de Dremel. Aussi, il est grand temps de lui poser quelques questions !

“Je crée ce que j'appelle des "kosmotronics", c'est-à-dire des œuvres artistiques fabriquées à partir de déchets plastiques. Dans mon travail, tout peut m'être utile, depuis le petit pistolet à eau jusqu'au casque de chantier, en passant par l'aspirateur de table et le gros œuf de Pâques en plastique. Je fais bon usage du moindre morceau de plastique, jusqu'au plus petit. Les gens ne croient pas toujours que mes créations sont faites presque entièrement de plastique. Mais si, c'est vrai !”

“Ça dépend. Parfois, l'œuvre correspond à une commande qu'on me passe, auquel cas le résultat final dépend de ce que souhaite le client. Par exemple, on m'a demandé un jour de créer une suspension à partir d'un casque de chantier. Le client voulait que la forme du casque soit reconnaissable, mais avec au final l'intention de détourner la pièce pour un usage très différent. Ça a été très sympa comme défi.

Souvent, les gens me donnent les fournitures, ou alors je les trouve moi-même quelque part. Il arrive parfois que ça traîne dans un coin pendant six mois avant que je ne sache finalement quoi en faire. Et comme beaucoup de mes pièces sont plutôt de petite taille, ce que je préfère utiliser comme matériel, c'est un outil multifonctions Dremel avec un arbre flexible. Je trouve cet accessoire beaucoup plus polyvalent et facile à utiliser que les autres outils.”

Harry nous en dit plus sur son art

Nous avons demandé à Harry comment lui venaient ses idées et d'où il tirait son inspiration. Regardez la vidéo ici :

Est-ce que vous avez des conseils que vous aimeriez partager ?

“J'ai découvert par hasard que le polissage marche très bien avec les plastiques tendres. Toutefois, comme le plastique tendre fond plus vite, il est sage d'utiliser une vitesse de rotation plus lente. Le disque polisseur permet d'obtenir une surface douce et lisse, qui accroche bien mieux la peinture, aussi. Ou comment faire d'une pierre deux coups !”

Quelle a été la meilleure réaction que vous ayez jamais reçue concernant vos créations artistiques ?

“C'était pendant la Biennale de Florence. C'est un événement auquel je voulais vraiment participer, mais pour pouvoir exposer, il faut payer. Grâce au financement participatif, j'ai quand même réussi à participer et à exposer deux œuvres, et seulement deux car pour une troisième, c'était plus cher. J'ai donc décidé d'opter pour une approche différente : porter sur ma personne une de mes créations, à savoir un casque kosmotronic ! Alors qu'il y avait au total 450 artistes présents, en un rien de temps, tout le monde s'est mis à parler de mon casque. On peut dire qu'il a fait parler ! Je pense que c'était assez malin de ma part, même si c'est moi qui le dit. (Rires).”